Mon retour sur les protections hygiéniques lavables après 8 mois d’utilisation

Mon retour sur les protections hygiéniques lavables après 8 mois d’utilisation

En août dernier j’entamais une transition dans ma façon de consommer : je décidais de remplacer mes protections hygiéniques habituelles par des protections lavables.

Voici mon parcours en bref :

2015, on tente la cup

Après avoir utilisé depuis mes premières règles des protections classiques et parfois nocives pour notre organisme, je passais en 2015 à la cup. Je trouvais ça pratique et je n’avais pas forcément de difficulté à la placer mais elle fuyait tout le temps… J’étais donc repassée aux protections classiques petit à petit.

Premières protections lavables

En créant mon compte instagram, en 2015 également, je tombe sur des tas de blogs sur le thème du bio et je découvre l’existence des protections lavables. J’achète sur le site Dans ma culotte des protèges slips que j’ai toujours aujourd’hui. Mais je n’avais jamais passé le cap du lavable pour les moments de mon cycle où j’ai vraiment mes règles.

Août 2019

C’est le début d’une série de partenariats autour des protections lavables qui va me faire changer mes habitudes du tout au tout. Après être passée aux tampons bio et biodégradables de la marque HelloSerena, je reçois un kit découverte de serviettes lavables Hannahpad. Ensuite, les marques Fempo et Réjeanne me font tester leurs culottes de règles.

Pour toutes les remarques sur ces protections, les +, les -, les prix et autres, je vous conseille d’aller sur mon profil instagram et de regarder la story à la Une nommée « #1 » !

Et maintenant ?

Depuis 8 mois j’utilise donc exclusivement ces différentes protections lavables. J’ai utilisé des tampons uniquement pour la piscine. Je n’ai donc pas créé beaucoup de déchets depuis 8 mois ! Et j’en suis super contente.

Mais maintenant, est-ce que j’ai envie de continuer ? Eh bien oui ! Je m’y suis totalement habituée. Tout n’est cependant pas parfait alors voici ce qu’idéalement j’aimerais changer.

Préférences

J’ai une grande préférence pour les culottes de règles qui sont tout simplement impressionnantes. Aucune fuite, elles sont invisibles, confortables et absorbent parfaitement l’humidité. Je suis vraiment conquise. J’aimerais en avoir pour chaque jour de la semaine mais le prix me retient un peu…

Alors j’alterne avec mes serviettes lavables. J’en avais acheté deux autres en magasin bio et je les préfèrent aux Hannahpad pour deux raisons : elles glissent moins et leur couleur sombre me permet de ne pas m’agacer à essayer d’enlever toutes les tâches… Pour les serviettes lavables je vous conseille vraiment d’en choisir avec du tissu de couleur sombre car les tâches restent malgré tous mes efforts ! On se relâche une fois en ne les lavant pas tout de suite et hop, ça ne s’en va plus… Sauf à 90 degrés en les laissant tremper un peu avant dans de l’eau de javel.

Ma remarque est toutefois vraiment « pratique », car elles absorbent très bien également et sont disponibles en plusieurs tailles et selon les flux.

Conclusion

Je me suis totalement habituée aux protections lavables et je compte bien continuer à les utiliser. L’étape du lavage ne me rebute absolument pas, surtout pour les culottes de règles qui sont plus facile à laver. J’en rachèterai une bientôt !

Sinon, pour les moments où ça n’est pas pratique d’apporter ce type de protections, j’ai des serviettes et protèges slips jetables de la marque Les Petites Choses, respectueuses de notre corps et de l’environnement.

Et vous, vous avez déjà testé les protections lavables ?

À très vite,
Emmy de @emmyzapartca

« Unisoap », lutter contre le gaspillage des savons à usage unique

« Unisoap », lutter contre le gaspillage des savons à usage unique

Il y a quelques années, j’ai découvert l’association Unisoap qui récupère les savons à usage unique dans les hôtels à des fins humanitaires. J’avais pu les soutenir en leur donnant de la visibilité dans le cadre d’une collaboration, et aujourd’hui par cet article je voudrais mettre à nouveau en lumière ce qu’ils réalisent depuis plusieurs années ! Et c’est impressionnant…

Le mieux, c’est de vous donner quelques chiffres ! Le premier constat est celui-ci : 2,2 millions d’enfants par an meurent de maladies liées au manque d’hygiène. Pendant ce temps, 51 millions de savons sont jetés tous les ans par les hôtels en France. Étant donné se laver les mains peut réduire de 50% les maladies, l’accès à l’hygiène est au coeur des valeurs de UNISOAP.

Le côté écologique n’est pas à négliger : récupérer et recycler ces savons empêche un sacré gâchis. De plus, UNISOAP crée de l’emploi auprès de travailleurs handicapés pour le recyclage des savons.

Voici le processus en 4 étapes :

  1. Collecter les savons usagés jetés par les hôtels (en collaboration avec eux)
  2. Recycler les savons
  3. Distribuer les savons aux associations partenaires et ONG
  4. Sensibiliser les populations à l’hygiène
Le personnel des hôtels collecte les savons dans ces box !

Je trouve que cette association géniale car elle allie plusieurs aspects : l’écologie, l’humanitaire mais aussi le social. Ce sont pour moi des initiatives à encourager fortement !

J’espère que la découverte vous aura plu, on se retrouve vite sur Instagram et avec de nouveaux articles par ici.

À très vite,

Emmy de @emmyzapartca

Si vous êtes un hôtel, n’hésitez pas à contacter Pauline GRUMEL à l’adresse pauline@unisoap.org pour plus d’informations !